contact auto-édition en france comment autopublier des livres





votre adresse e-mail
Nom
Motif
MESSAGE


Contact postal et copyright : J-L Petit - bp 17 - 46800 Montcuq - France


Commentaires également possibles sur cette page :

réagir apporter une info


Le monde de l’édition traditionnelle ne me convient pas

Devrais-je, comme tant d’autres qui partagent mes analyses mais préfèrent le taire publiquement, mettre de côté un certain idéalisme et "profiter du système" ?
Naturellement, ces « artistes engagés qui osent critiquer Pinochet à moins de 10 000 kilomètres de Santiago », ne peuvent risquer de se fâcher avec le monde de l’édition. Face au pouvoir, il est plus facile de grignoter sa part de gâteau. On m’en veut d’oser "caricaturer" en collaborateurs du grand capitalisme des gens le plus souvent prétendus de gauche. Ces gens disponibles pour les grandes causes, qui appellent docilement à voter Hollande, Malvy, Cahuzac, Guérini, Baylet, Tapie, Pinel... De bons soldats de gauche...

Selon challenges.fr, Antoine Gallimard (et sa famille) serait la 224ème fortune de France avec 160 millions d'euros en 2012.
Il est "naturellement" devancé par Arnaud Lagardère (et sa famille) au 170ème rang avec 345 millions d'euros.
Lagardère Arnaud ? On ne martèle pas (et il sait rester discret, simplement envoyer des satisfecit à Nourry Arnaud chargé de faire remonter du cash) qu'il est le véritable patron chez Grasset, Stock, Fayard et compagnie, le groupe Hachette Livre.
Francis Esménard (et sa famille) 296ème avec 115 millions d'euros, fondateur et patron d'Albin Michel (il en contrôle toujours les trois quarts).
Dans "la famille" d’Antoine Gallimard au sens de challenges.fr, ne figure pas "Isabelle et Robert Gallimard et Muriel Toso", conglomérat classé au 321ème rang des fortunes de France avec 100 millions d'euros tout rond. Le site du mensuel note "Ces familles, actionnaires historiques et proches d’Antoine Gallimard, conservent 38 % de l’éditeur (CA : 253 millions)."
Hervé de La Martinière, 472ème (encore 60 M€), président-fondateur (il en conserve 29 %) de La Martinière, qui a racheté le Seuil en 2004.
Jacques Glénat (et sa famille) 472ème fortune de France également. Il m'est inconnu mais il s'agit d'un grenoblois, à la tête de Glénat Edition, sûrement un pilier dans la BD (Chiffe d'Affaire 80 millions en 2012 avec 673 nouveautés).
Pierre Fabre les devance tous, au 54eme rang des fortunes françaises avec 800 millions d'euros. À la tête d'un mastodonte dans le domaine pharmaceutique, il semble s'intéresser aux discrets "vecteurs d'informations" : propriétaire de l'hebdomadaire "Valeurs actuelles", considéré très à droite et au Capital (6%) de la Dépêche, éditeur de "La Dépêche du Midi"... qu'on dit très liée aux intérêts de Jean-Michel Baylet. Mais dans l'édition c'est surtout l'éditeur de François Hollande ("Le rêve français : Discours et entretien (2009-2011)") et Martin Malvy qui m'intéresse : « Créées à Toulouse en 1839, les Éditions Privat restent une des très rares maisons d’édition françaises à rayonnement national à n’être pas située à Paris. Elles ont été achetées par les Laboratoires Pierre Fabre en 1995. » Pierre Fabre sponsorisait le rugby à Villeneuve-sur-Lot au temps du Cahuzac tout puissant...
Les "Éditions médicales Pierre Fabre" ayant par exemple publié "Atlas proctologic" de Roland Copé le 1 septembre 1994, ne semblent plus exister.
Amazon présente également un intéressant "Les phlébites révélatrices" de Griton Wallois, publié le 1er janvier 1499. Oui, le 1er janvier 1499, c'est écrit sur Amazon donc c'est vrai !



Travailler avec et pour ces millionnaires me dérangerait. Oui, quand on naît pauvre, on peut éprouver certaines retenues, sans même parler de lutte des classes. Aurélie Filippetti semble penser le contraire (elle écrit sur la lutte des classes mais aucune retenue à servir des lois aux installés, à part bien sûr Ernest Antoine Seillière) S’il n’y avait que l’argent, peut-être aurions-nous pu nous entendre. Mais il y a les méthodes. Ce monde de l’édition.
« Tout dépend de la maison d’édition dans laquelle vous êtes édité, et du travail fait en amont par les attachés de presse auprès des journalistes et des jurés littéraires. » Selon un homme qu’on ne peut pas taxer de chantre de l’indépendance : Alain Beuve-Méry, petit-fils du fondateur du Monde où il couvre l’édition.

Dans ce même quotidien, l’analyse d’un écrivain nommé Baptiste-Marrey mérite notre attention : « Les grands groupes publient, distribuent, vendent et font commenter favorablement les titres qu’ils produisent. »
Ces aveux n’ont déclenché aucun tollé. C’est simplement la vérité, qui ne doit même plus être combattue. En démocratie, c’est ainsi, et la ministre de la Culture reste en contrat avec le plus puissant groupe d’édition du pays, pour lequel travaille également la compagne du Président de la République.


accueil auto-édition en france comment autopublier des livres